Jean-Marc Brunet Peintre

 
 

 Jean-Marc Brunet

______________________________________________________________



   






















 

Lecture le 25 Mars 2016 de Bernard Noël

Exposition Janvier/Mars 2016, la MAL de Laon

  BONJOUR  Mr  BRUNET



Jean-Marc Brunet a inventé un dispositif très simple, du moins en apparence, pour rendre sensible une opération qui intensifie réciproquement  ce que son tableau met en avant et ce qui porte cette avancée, autrement dit ce qu’autrefois on aurait distingué comme le sujet et comme le fond. Les deux, chez lui, sont (déjà signalé)  inséparables de telle sorte que le fond est un « espace du dedans »  créateur de l’essaim qui s’y envole en donnant sens à l’ensemble. Il y a une interaction entre l’épaisseur spacieuse, qui paraît une étendue, et l’épaisseur floconneuse, qui paraît l’animer, mais les deux produisent également l’effet pictural auquel le tableau doit son attrait.

On se trompe quand on qualifie de « abstraite » cette peinture  puisqu’elle se concrétise dans l’instant où le regard la découvre et s’attache à sa contemplation.  Il advient alors cette chose étrange : le spectateur s’aperçoit que le tableau tout entier est dans un état de suspension dont la totalité s’anime dès que le regard entre en contact avec sa surface. C’est que la peinture - la vôtre - contient encore l’acte de peindre… Cette présence est si prenante que le regard a l’illusion de faire ce qu’il voit, mais propager cette impression ne peut, n’est-ce pas, qu’être la caractéristique d’une peinture concrète…



                                       

Les peintres du dépaysage… C’est ainsi que je désignais dès les années 1950 les abstraits lyriques qui tentaient de faire apparaître sur leurs toiles comme l’être de la nature, au-delà de l’immédiateté spectaculaire… Et ce fut, sans doute aucun, l’une des plus véritables originalités de la peinture au XXe siècle.

      JMB maintient cette originalité, qu’il enrichit à perte de vue selon son tempérament, qui est  lyrisme…  Comment ne pas l’en admirer -- alors que l’art majoritaire d’aujourd’hui a abdiqué toute ambition (ou volonté de différence)  devant la réalité, -- obsessionnelle,  marchandisée ?

     JMB : la peinture peut encore donner à respirer.




                                                                                                                                      


                                                                      

Avec Jean Orizet et Jean-Clarence Lambert,

Salon du Livre de Soissons, Octobre 2016

Bernard Noël


Extrait de Bonjour Mr Brunet de Bernard Noël

Editions A/B décembre 2013.

Jean-Clarence Lambert


Extrait du recueil Ingrès

Editions A/B, décembre 2015.

(…)

Libre et debout, il peint ou grave selon son humeur. Qu’il travaille sur toile, papier ou bois, le défi est à l’identique. Aller au plus près de son désir. Une quête qui peut durer des mois ou demeurer inachevée, si Jean-Marc Brunet en décide ainsi. Il ne rend des comptes qu’à son exigence de vérité. (…)



Pierre Drachline


Extrait préface de la monographie Jean-Marc Brunet

Pages 10 et 15, Fragments International 2010

Avec Pierre Drachline, Chassemy 2010